FONTAINE SAINT-DIDIER

Site et monument historique

LANGRES

FONTAINE SAINT-DIDIER

Site et monument historique

LANGRES

  • , © Gérard Féron
  • , © Gérard Féron
  • , © Gérard Féron
  • , © Gérard Féron
  • , © Gérard Féron
  • , © Jean-François Feutriez
  • , © ISCL
  • , © ISCL

C'est la plus proche du centre historique. Située à proximité de l'antique decumanus maximus (axe est-ouest de la ville gallo-romaine), cette source tenait sans doute une place d'importance permettant aux hommes et aux animaux de se rafraîchir après avoir gravi les pentes du plateau. A cette époque, un arc (l'actuel arc gallo-romain tout proche) marquait l'accès dans la cité, la limite sacrée entre ville et campagne. Cette position stratégique s'est d'ailleurs prolongée après la mise en place de la porte du Marché (actuelle porte de l'Hôtel-de-Ville) durant le haut moyen-âge. L'utilisation de cette porte, notamment par les marchands, rendait la présence de la fontaine Saint-Didier indispensable.

La fontaine actuelle date du XVIIIe siècle. Elle se compose d'un mur en pierre de taille masquant deux salles voûtées constituant des bassins de captage. De là, l'eau s'écoule par un robinet anthropomorphe en bronze vers un abreuvoir où pouvaient se désaltérer les animaux. Enfin, l'eau s'écoulait vers un pédiluve situé au nord. Ce vaste espace pavé permettait en particulier aux chevaux de se délasser les tendons échauffés par les efforts fournis pour monter jusqu'à Langres.

La statuette conservée dans la niche représente saint Mammès*, le saint patron du diocèse de Langres. On le représente souvent accompagné d'un lion et tenant ses entrailles dans sa main, symbole de son supplice. Cette statue a probablement remplacé la statue d'origine qui devait représenter saint Didier*, plus en relation avec le nom de la fontaine.

La légende de la fontaine Saint-Didier :|On raconte qu'aux premiers temps de la chrétienté, les Langrois ayant Didier comme évêque, durent affronter les premières invasions mettant à mal l'Empire romain déclinant.
Un jour, on annonça l'approche des Vandales, conduits par leur chef Chrocus. Didier prit la tête des défenseurs afin de résister aux terribles guerriers venus de l'Est. Quelques jours après, la cité fortifiée fut entièrement assiégée. Les assauts Vandales contre la ville se succédèrent. Sans succès. Les Langrois tinrent bon jusqu'au jour où, affaiblis et de moins en moins nombreux, ils durent se résoudre à ne plus tenir longtemps. Didier proposa alors un accord à Chrocus : celui d'échanger sa vie contre celle des habitants. Semblant accepter ce marché, le chef Vandale fit trancher la tête de l'évêque par son bourreau. Mais il ne résista pas longtemps à la tentation des richesses de Langres. Sitôt l'évêque décapité et en dépit de sa promesse, il ordonna à ses hommes de prendre et de piller la cité. Alors que les Vandales s'apprêtaient à fondre sur la ville, un miracle s'accomplit : le corps de Didier s'anima, se releva, ramassa sa tête, remonta sur son cheval et rentra dans sa ville.
Effrayés, les Vandales s'enfuirent sur son passage et le bourreau, devenu fou, se fracassa la tête contre l'une des portes de la ville, désormais murée (peut-être l'arc gallo-romain situé à proximité de cette fontaine). Didier vint s'éteindre au coeur de sa cité, là où une chapelle fut élevée en son honneur. Elle est intégrée au musée d'art et d'histoire.

Infos pratiques

Groupes

  • Pas de privatisation possible

Visites

Langues parlées

  • Français

Tarifs

  • Gratuit

Date et horaires

Du 01/01/24 au 31/12/24

  • Lundi :

    ouvert

  • Mardi :

    ouvert

  • Mercredi :

    ouvert

  • Jeudi :

    ouvert

  • Vendredi :

    ouvert

  • Samedi :

    ouvert

  • Dimanche :

    ouvert

Accès libre toute l'année.

Accès

52200 LANGRES

Contact